Imagine...

Publié le par Venus Verte

 

marmotte, une seconde, falaise, corne, cithare

Au petit matin d'une seconde, une petite fille sans nom se promenait la tête en bas, elle regardait le monde sous un autre angle disait elle aux gens qui l'interrogeaient. Elle devait avoir une dizaine d'années mais le temps pour elle n'était pas le nôtre. Alors qu'elle n'avait que cinq ou six ans, ses parents et elle s'installèrent dans une grande maison tout en haut d'une falaise. Elle aimait beaucoup le vent et se faisait un plaisir de rester des heures à regarder l'océan sans bouger. Maman n'en finissait plus de lui démêler chaque soir les cheveux noués par le vent, si bien qu'elle décida que chaque jour elle ferait des couettes à sa fille. Au fil du temps tous le monde l'avait surnommé Miss Couette. C'était une petite fille solitaire et contemplative. Un soir de grande tempête, ses parents furent emportés par le vent alors qu'ils rentraient du travail, un vent si violent qu'il avait emporté la plupart des toitures, des arbres et des gens qui traînaient dehors à ce moment là. Mais par un étrange phénomène, Miss Couette assise sur le bord de la falaise ne bougea pas, une bruine légère la caressa mais ni la maison ni elle ne furent touchées par les rafales ravageuses. Le lendemain lorsque le temps s’apaisa, on annonça à Miss Couette qu'elle était orpheline. Elle ne sembla pas trop touchée... Peut être qu'elle ne comprenait pas... Peut être savait elle déjà...Le fait est qu'elle disparut. Après la nouvelle elle avait demandé à prendre l'air et elle s'était enfuie.

 

Elle réapparut deux ans plus tard, marchant tête en bas les pieds dans le ciel. Elle n'avait absolument pas changé. Les deux années écoulées ne semblaient pas avoir eu d'emprise sur elle.
Elle n'avait pas grandi, pas grossi ni maigri, parfaitement identique à l'exception de ses couettes qui avaient poussé, et de la cithare qu'elle avait à présent dans les mains. Les villageois la bombardèrent de questions, certains voulaient la brûler, d'autres l'enfermer et en faire une attraction touristique, mais personne ne put jamais l'attraper. Chaque fois qu'une main l'approchait, elle jouait une douce musique avec sa cithare qui l'emmenait un peu plus haut dans le ciel. Au bout d'un certain temps, les gens habitués à la voir tête en bas ne tentèrent plus de l'attraper. Ils commencèrent à poser des questions et lui demandèrent ce qui était arrivé. Miss Couette raconta sa rencontre avec la Marmotte à Corne de la forêt. Alors qu'elle était en colère contre le vent, Miss Couette avait sauté de la falaise et était tombée sur la corne de la marmotte. Elle aurait du mourir naturellement mais la marmotte ayant connaissance de son histoire lui proposa un marché :
- Jeune fille, toi qui a tout perdu et qui a voulu mourir par colère contre le vent, je t'offre une chance unique... je t'offre une seconde d'éternité. Cette seconde te permettra de voir le monde autrement. tu le verras comme le vent, suspendu par le temps. Tu pourra passer ta vie, entre terre et ciel, pour cela il faut que tu cherches la cithare du fond de l'océan. Celle ci récupérée, tu pourras vivre en l'air.
Une dernière chose Miss Couette... Personne... Jamais ne doit te toucher, c'est le seul moyen de te tuer.
Elle expliqua aussi au villageois quel plaisir c'était de vivre en l'air mais comme il était dur de ne plus pouvoir toucher les autres. Durant des heures elle raconta ses périples. A la fin de son récit elle pleurait. Un jeune garçon assis au fond se leva...s'approcha et essuya la larme qui coulait sur le front de Miss Couette qui mourut sur le champ. C'était la fin de la goutte de vie, une seconde d'éternité essuyée avec douceur. Son corps reposait par terre, puis doucement s'envola et disparut dans le ciel. La cithare se transforma en gouttes d'eau qui se mirent à pleuvoir vers le haut.

 

Miss Couette était l'histoire sans queue ni tête qu'une petite fille de quatre ans racontait aux passants. Son souhait le plus cher était d'épouser le vent.

 

Publié dans Contes

Commenter cet article