Raide Boule, il est mauvais pour les poissons

Publié le par Boulègue

taureau, toupie, sushi, clavier, mine

Il fut baptisé par les siens Raide Boule, et à la naissance ce veau bien plus grand et fort que ses congénères méritait largement son nom. A cause d'une excroissance osseuse sur le front, de l'aspect d'une boule de pétanque et de la couleur d'une pomme, il fut progressivement écarté du troupeau, et ne dut sa survie qu'à une opiniâtreté sans borne et la capacité de balancer sa boule frontale entre les deux yeux de ses camarades qui le provoquaient. Son propriétaire qui l'admirait et le chérissait, un brave fermier de la Beauce, qui bossait comme un boss pour protéger la bosse de son protégé, eut un revers de fortune à cause de l'ingérence dans sa ferme de fonctionnaires, mandatés par les services d'hygiène pour abattre son troupeau accusé d'être atteint de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Le troupeau moins fou que ses enragés sanguinaires du ministère disparut dans de longs et pathétiques meuglements, mais l'amour de ce brave fermier pour son veau à bosse, lui fit cacher ce dernier dans l'étable au passage des fanatiques de l'euthanasie bovine.

Aussi, secrètement, Raide Boule fut élevé pour arriver en quelques mois à la maturité nécessaire pour en faire un vaillant taureau. Sa boule saillait, et merveilleusement gonflée entre deux cornes puissantes, faisait l'envie des uns et la fierté d'un autre. Hélas, le manque à gagner par la perte des ses chères génisses, contraint l'éleveur à aller chercher fortune ailleurs. Un sien et éloigné cousin l'embaucha comme homme à tout faire sur un navire marchant. Mais comment faire voile avec un taureau au bout de la longe ? Après d’âpres négociations et l'accord du bonne partie de son salaire, l'ex fermier gagna : le capitaine du navire accepta la présence à bord de cet encombrant animal, en fit une mascotte et vogue la galère, le taureau partit sur les flots. Après dix jours en mer, bien que chahuté par l'instabilité de son nouveau domaine, Raide Boule se fit à cette vie d’aventure et participa aux corvées en tirant la voile, ou bousculant les marins que le capitaine trouvait peu enclin à la tâche. Mais un jour, le mauvais temps se leva et une tempête prit le navire pour une toupie et l'envoya de vagues en vagues vers une destination inconnue. Quand la furie des éléments disparut, l'épave du navire se trouvait coincé entre les rochers aux abords d'une île non cartographiée.
Son maître avait survécu et accompagné de son vaillant animal tira vers la plage ce qui pouvait être sauvé entre les hommes et les fournitures. Il fut même un remarquable pêcheur, attrapait des poissons avec une ligne attachée à ses cornes et en faisait des sushis grâce à sa boule frontale.
Il pouvait ainsi faire la joie de ses compagnons en les nourrissant. Ils vécurent ainsi, de poissons froids écrasés et de fruits cueillis. Ce régime leur donnèrent bonne mine et ils allaient vivre exclus du monde mais dans une joyeuse complicité fort longtemps si un yacht n'était apparu, un soir à l'horizon.

Ils furent ainsi retrouvés par un acteur médiocre qui s'appelait Christian Clavier et qui en ayant tourné au mauvais endroit pour rejoindre la corse, où il allait constater les dégâts faits à sa Villa pendant les vacances, se perdit et trouva fort par hasard et malencontreusement cette île oubliée.
Toute l'équipe monta à bord et rejoint le continent, où il montèrent une pêcherie taurine grâce à l'argent du livre qu'ils écrivirent sur leur aventure. Raide Boule eut même l'honneur d'un passage télé dans une émission culinaire japonaise.

 

Publié dans Contes

Commenter cet article